Retour à l'accueil
Voir mon panier
MON PANIER 0 articles sélectionné(s) - Montant total : 0 €
Faire connaitre ce site Partager sur Facebook
 Accueil   Actus   Présentation   Partenaires   Contacts 
Les actualites


Retrouvez toutes les Actus
en 1 clic !

Nos produits 
 IDEES CADEAUX
 Confort des pieds
 Autour du lit
 Aide à la marche
 Aide au repas
 Confort de vie
 Aide au bain
 Diagnostique
 Rééducation
 Produits Bio et Ecolo
 Incontinence
 Vie quotidienne
 Matériel médical Pro
 Trousse de secours
Nos Sélections 
 Nos coups de coeur
 Nos nouveautés
 Nos promotions
Espace client 
La prévention des chutes


Force est de constater que ce sont les plus de 65 ans qui font au moins une chute par an.
On estime que 5% des chutes s'accompagnent de fractures et 10% d'autres traumatismes sévères nécessitant des soins médicaux.
Même en l'absence de blessure grave, la chute peut avoir des conséquences psychologiques importantes entraînant un déclin accéléré des capacités fonctionnelles.
De nombreuses études épidémiologiques ont permis d'isoler les principaux facteurs de risque intrinsèques de chute. On peut citer (outre l'âge élevé), les troubles de l'équilibre et de la marche,la diminution de la force musculaire, les déficiences cognitives, les troubles de la vision et la prise de médicaments sédatifs-hypnotiques.
Les résultats d'études récentes, comparant les chutes accompagnées de blessures graves aux chutes bénignes, suggèrent qu'en dehors de la masse osseuse, la rapidité et l'éfficacité des réflexes de protection jouent un rôle important sur le risque de traumatisme lors de chute.
La fréquence des chutes et des traumatismes est élevée même chez les sujets actifs et apparemment en bonne santé.
Cependant, il est clair que les causes de chutes varient selon l'âge, l'état de santé et le niveau de mobilité des sujets.

C'est quoi une chute ?

Chuter se résume par l'action de tomber au sol de façon inopinée et non contrôlée par la volontée. Elle est associée à des déficiences sensorielles, neuromusculaires et ostéo-articulaires.

Constat :

En France, les chutes représentent 82% des causes d'accidents de la vie courante chez les personnes de 65 ans et plus. Ce pourcentage croît avec l'âge passant de 65% entre 65 et 69 ans et 95% à partir de 90 ans.
La fréquence des accidents domestiques est de 4.5% chez les hommes et de 8.9% chez les femmes de plus de 65 ans.
Après une première chute, plus de la moitié des personnes âgées récidivent dans l'année.
D'où, l'importance de réaliser de fortes actions de prévention pour lutter contre ce phénomène qui peut également s'avérer nocif pour le moral.



la chute
La chute événement multifactoriel

Les facteurs de risques sont multiples :
Troubles de l'équilibre et de la marche (la vue, systèmes vestibulaires, les voies sensitives afférentes proprioceptives, pathologies chroniques et aigües, médication, nutrition (carence en micro-nutriments comme par exemple : zinc, calcium, vitamines...), consommation d'alcool, prise de risque, peur de chuter (la peur de tomber constitue un facteur de risque qui peut engendrer une restriction d'activité importante et une perte d'autonomie).

Comment prévenir ces chutes ?

Prévention des chutes

ANAYSER EN PREMIER LIEU, LES DANGERS DU DOMICILE :

De la cuisine, en passant par la chambre à coucher, il est primordial d'évaluer les risques environnementaux.
Pour ce faire, il faut observer :
L'éclairage des pièces, des interrupteurs mal identifiés, la présence de petits objets, le rangement des articles les plus utilisés (se pencher, se baisser notamment dans la pièce à vivre), les obstacles glissants (tapis, paillasons), la hauteur du lit non appropiées, la baignoire glissante, l'absence de barre d'appui ou de barre anti-dérapante, le siège de toilette instable ou trop bas, la main courante non présente par exemple dans une cage d'escalier, des marches d'escaliers plus ou moins étroites ou non visible ...

LES MESURES :

Les mesures à prendre :
Informer, conseiller, orienter
: faire un rappel sur les comportements à adopter qui ont un effet bénéfique = la pratique d'une activité physique (souplesse et force musculaire, souplesse articulaire, fonction d'équilibration, motricité, aptitude à se relever du sol, le sentiment de confiance en soi), une alimentation équilibrée et une faible consommation d'alcool, le bon usage des médicaments (indications, adaptation des doses, effets secondaires...), la sécurité du domicile.
Eduquer et rendre acteur : grâce aux professionnels de la santé, associations d'usagers, groupe d'entraides.
Opter pour un appareillage adapté à son degré d'autonomie et son mode de déplacement : protecteur de hanche, canne, déambulateur, système d'alarme (pour prévenir son entourage), revêtement adhésifs et antidérapants, barre d'appui...
Ajuster sa correction visuelle par le port de lunette adaptées, se munir d'une paire de chaussure à sa pointure, adaptée son activité, tenant bien le pied !

Prévenir le risque de chutes implique parfois l'utilisation d'un appareillage pouvant être perçu négativement par la personne concernée. Cependant, ne rien faire pour limiter ces facteurs de risque serait à l'inverse considéré comme une négligence.



Rouleau adhésif luminescent disponible sur aidandicaps.fr Coins de tapis antidérapants disponible sur aidandicaps.fr