Retour à l'accueil
Voir mon panier
MON PANIER 0 articles sélectionné(s) - Montant total : 0 €
Faire connaitre ce site Partager sur Facebook
 Accueil   Actus   Présentation   Partenaires   Contacts 
Les actualites


Retrouvez toutes les Actus
en 1 clic !

Nos produits 
 IDEES CADEAUX
 Confort des pieds
 Autour du lit
 Aide à la marche
 Aide au repas
 Confort de vie
 Aide au bain
 Diagnostique
 Rééducation
 Produits Bio et Ecolo
 Incontinence
 Vie quotidienne
 Matériel médical Pro
 Trousse de secours
Nos Sélections 
 Nos coups de coeur
 Nos nouveautés
 Nos promotions
Espace client 
Prévention des escarres












Qu'est ce que les escarres ?


L'escarre est une lésion ischémique localisée au niveau de la peau et/ou des tissus sous-jacents, située en général sur une saillie osseuse.
Elle est le résultat d'un phénomène de pression, ou de pression associée à du cisaillement. Un certain nombre de facteurs favorisants ou imbriqués dans la survenue d'escarre y sont associés : leur implication doit être encore élucidée.

L'escarre peut prendre plusieurs formes de gravité différente : une simple rougeur persistant plus d'une journée, une induration de la peau, une plaie plus ou moins profonde pouvant, dans les cas graves, atteindre les muscles ou l'os sous-jacent.

Il existe plusieurs classifications différentes, mais les escarres sont souvent classés en 4 stades.

Stade 1 : Apparition des rougeur avec œdème. Cet état survient en général après deux à trois heures de position assise identique. La personne ressent une douleur, des démangeaisons ou un échauffement au niveau de la zone d'appui concernée. Il n'y a pas encore de plaie mais une décoloration de la peau peut être présente. La rougeur de la peau ne disparaît pas lorsque l'on appuie dessus. La température de la peau est différente à celle de la peau environnante. À ce stade les dommages sont encore réversibles.

Stade 2 : Apparitions de phlyctène , ou plus simplement de cloques sur la zone rouge. Les cloques peuvent être ouvertes ou fermées (l'ouverture se faisant dès le moindre traumatisme local). Il y a aussi une altération des cellules de l'épiderme (couche superficielle de la peau). La peau devient bleu violacé. Les dommages ne sont pas encore définitifs.

Stade 3 : Apparition d'un ulcère et de nécrose. À ce stade, la peau est touchée sévèrement. Il y a des dommages du type nécrose. La peau se noircit, avec quelques couleurs rougeâtres et devient très sèche. Cliniquement, ce stade se manifeste par un cratère, avec ou sans atteinte des tissus environnants. À partir de là, la peau a subi trop de dommages, il est impossible de revenir en arrière.

Stade 4 : Extension de l'ulcère : Les dommages subis par la peau au stade 3 s'étendent sur une plus large zone. Une détérioration du tissu peut se produire, ainsi que des lésions en forme de sinus. La plaie peut être fibrineuse.



Causes et facteurs de risque

L'escarre survient à la suite d'une brûlure, d'un traumatisme ou spontanément aux points d'appui, lorsque des causes locales s'ajoutent à une altération de l'état général.

Les escarres de décubitus surviennent quand un malade reste allongé sans pouvoir bouger spontanément. Les points d'appui les plus fragiles sont la région fessière, les talons chez un patient couché sur le dos.

Il existe trois types d'escarres selon la situation :

L'escarre « accidentelle » liée à un trouble temporaire de la mobilité, de la vigilance et/ou de l'état de conscience;

L'escarre « neurologique », conséquence d'une maladie chronique, motrice et/ou sensitive : la topographie est surtout sacrée ou trochantérienne ; l'indication chirurgicale est fréquente selon les caractéristiques (surface et profondeur), l'âge et les maladies associées ; le risque de récidive est élevé, d'où la nécessité d'une stratégie de prévention et d'éducation de la santé ;

L'escarre « plurifactorielle » du sujet confiné au lit et/ou au fauteuil, polypathologique, où prédominent les facteurs intrinsèques : les localisations peuvent être multiples, le pronostic vital peut être en jeu, l'indication chirurgicale est rare, le traitement est surtout médical.

Certaines zones du corps ont plus de chances de développer une escarre, car plus souvent en appui par exemple : le sacrum, le talon, l’ischion, le pli inter-fessier, l’occiput, le trochanter, la colonne dorsale (cyphose), le bord externe des pieds, les malléoles, plâtre, attelle de posture.



Le rôle des supports de préventions


Répartir les pressions,

les zones à risque d'escarre élevé sont les zones où les pressions exercées sur les tissus par le support et les os sont maximales.
Le rôle des supports de prévention consiste à réduire les pressions sur les zones où elles sont maximales, en répartissant les appuis de façon plus harmonieuse sur l'ensemble de la surface en contact avec le support. Le transfert des pressions vers les zones à moindre risque permet donc une diminution des pressions maximales, et réduit par là même le risque d'escarre.

Le transfert des pressions des zones à risque vers les zones à risque moindre s'opère :
    

     • Grâce à la souplesse et à l'élasticité du matériau.
     • Par l'augmentation de la surface de contact avec le support, ce qui permet le transfert de pressions.
     • Par la réduction des effets de frictions et de cisaillements.





Réduire la macération,


l'humidité et les effets de macération constituent un facteur majeur dans l'apparition des escarres.
Le rôle des supports de prévention est donc de permettre une ventilation et une aération optimales


Cela se fait :
     • Grâce à la "respirabilité" de la protection
     • Par la ventilation des supports







Quel est le bon support de prévention ?

    • Parce que le support Universel n'existe pas.
    • Aucun support ne peut convenir à toutes les situations.
    • Le choix du coussin, étroitement lié à celui du fauteuil, dépend uniquement du patient, de sa pathologie,
      de sa morphologie et de ses facteurs de risques.
    • Le choix du support n'est qu'affaire de compromis entre efficacité, confort et stabilité.